Engagement Diversité

“On veut démystifier ce qu’est le handicap en entreprise”, Wonjé Bytha, responsable Diversity and People Care

Tous uniques, tous ensemble : BNP Paribas Personal Finance veut démystifier le handicap en entreprise. Wonjé Bytha, responsable Diversity and People Care nous en dit plus.

En ligne avec la politique que mène le Groupe BNP Paribas en faveur de l’emploi des personnes handicapées, BNP Paribas Personal Finance a signé un nouvel accord qu’il s’engage à renouveler. Cet accord s’articule autour de 4 piliers : le recrutement et l’insertion, le maintien dans l’emploi, la collaboration avec le secteur protégé, la sensibilisation de l’ensemble des collaborateurs.

Pourriez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Wonjé Bytha, je suis responsable de l’entité Diversity and People Care au sein des Ressources Humaines corporate à Levallois-Perret, en région parisienne.


Pourriez-vous nous présenter la politique handicap de BNP Paribas Personal Finance ?

C’est une politique qui existe depuis 2010, date où le premier accord a été signé. Aujourd’hui, nous en sommes au troisième accord. Cette politique a notamment pour but de donner l’opportunité à des personnes en situation de handicap de postuler au sein de l’entreprise et également à maintenir en poste nos collaborateurs qui se déclarent en situation de handicap.
Elle s’intègre dans une politique beaucoup plus large; celle de la non-discrimination. Nous prônons une vraie égalité des chances.


Quels sont les piliers ?

La politique s'inscrit autour de 4 piliers :

Le premier, et le principal, est le maintien dans l’emploi de nos collaborateurs. Nous menons beaucoup d’actions autour de cela.

Le deuxième pilier concerne le recrutement et la formation de nos acteurs. Nous essayons d’ouvrir nos portes à des personnes en situation de handicap et en parallèle, nous formons nos chargés de recrutement et nos managers, pour qu’ils se libèrent de certains stéréotypes.

Le troisième pilier tourne autour de la sensibilisation. Nous cherchons à changer le regard des collaborateurs sur le sujet du handicap. Nous voulons démystifier ce qu’est le handicap en entreprise.

Le quatrième pilier concerne la manière de promouvoir le handicap à l’extérieur de l’entreprise. Pour ce faire, nous mettons en place des partenariats avec des ESAC, des entreprises adaptées qui font travailler des personnes qui ont des handicap assez lourds et ne pourraient pas être accueillies partout. À travers nos partenariats, nous essayons de favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap.  


Qu’est-ce qui différencie la politique mise en place par BNP Paribas Personal Finance de celle des autres groupes ? En quoi BNP Paribas Personal Finance va plus loin que les autres entreprises sur le handicap ?

Beaucoup d’entreprises ont des politiques concernant le handicap. Chez BNP Paribas Personal Finance, nous avons la volonté de travailler le sujet au quotidien, non pas pour répondre à des obligations légales mais pour faire avancer les mentalités. Il y a une réelle envie d’intégrer notre vision dans un concept beaucoup plus large qui est l’égalité de tous. C’est là que tout va se jouer. Demain, si nous faisons évoluer les mentalités et que le handicap est démystifié, les choses se feront toutes seules. Il n’y aura plus besoin d’avoir de programme handicap, nous n’aurons plus à former les managers, à accompagner les équipes pour accueillir les personnes en situation de handicap, etc. Tout sera ancré.

Le coeur de notre politique et ce qui fait la différence, c’est cette volonté de démystifier le handicap et d’en faire une politique au quotidien.

 

Quelles sont les belles histoires que vous avez écrites concernant certaines situations de handicap chez BNP Paribas Personal Finance ?

J’en ai deux qui me viennent à l’esprit. Une association nous a contacté pour nous parler d’un jeune homme qui cherchait un stage dans le cadre de son Master 2 d'ingénierie. Il était diagnostiqué autiste, avec le syndrome d’Asperger. L’association voulait savoir si nous pouvions l’accueillir pour son stage malgré ce handicap qui pouvait parfois être compliqué à gérer en interne. Nous avons accepté et avons mis un dispositif en place pour l’aider et aider les équipes dès son arrivée. Finalement, cela a été un vrai succès, tant pour les équipes que pour le jeune homme, son manager et son tuteur. En connaissant un peu les difficultés qu’il pouvait rencontrer, nous avons réussi à les anticiper.
Il avait beaucoup de mal avec le bruit et ne pouvait pas aller au self quand il y avait du monde. Ses collègues ont alors décalé l’heure du déjeuner vers 11h30 pour permettre au stagiaire de déjeuner en équipe et dans des conditions qui lui été adaptées. Ça a aussi été bénéfique aux équipes qui ont balayé leurs stéréotypes suite à cette expérience. Le jeune homme a ensuite été recruté dans une filiale du Groupe.  

Il y a aussi l’histoire de cette collaboratrice qui devait revenir travailler mais qui, à cause de son handicap, ne pouvait plus prendre les transports ou conduire. C’était une époque où le télétravail n’était pas encore chose commune. Grâce à l’accord, nous avons mis en place la prise en charge du déplacement de certains collaborateurs. Cette personne et d’autres ont donc pu continuer à venir travailler en ayant une voiture qui les attendait chaque matin pour les emmener au travail et le soir pour les ramener à leur domicile. C’est quelque chose qui n’a pas de prix pour eux. Si cette disposition n’existait pas, ces collaborateurs ne pourraient plus venir travailler.  


Qu’avez-vous envie de dire aux personnes handicapés qui pensent que leur handicap est un frein pour travailler en entreprises ?

Aujourd’hui, beaucoup de choses sont mises en place pour faire en sorte que les collaborateurs puissent travailler même si le poste n’est pas forcément le même.
Nous encourageons les collaborateurs en situation de handicap à sortir de ce tabou. Plus les collaborateurs vont en parler plus les collègues vont être confrontés à des personnes en situation de handicap. Ça leur prouve qu’il n’y a rien de compliqué ou d’effrayant. Certains collaborateurs ont des collègues en situation de handicap mais l’ignorent.


Comment qualifieriez-vous, en quelques mots, la politique concernant le handicap mise en place chez BNP Paribas Personal Finance ?

Le premier mot qui me vient à l’esprit, c’est la bienveillance. Notre politique handicap n’est pas juste mise en place pour répondre à des contraintes réglementaires ou légales. L’objectif est vraiment d’aller plus loin dans l’optique de faire avancer les choses, et cela passe par la bienveillance, le respect et la tolérance.